Comment se fait la pose d’implants dentaires ?

Lorsque pour une raison ou pour une autre on se retrouve avec une, voire plusieurs dents manquantes, il est d’usage de combler le vide laissé par celles-ci. Pour ce faire, on dispose de plusieurs options parmi lesquelles il y a la pose d’implants dentaires. Ces dernières sont utiles d’un point de vue fonctionnel et esthétique, d’où l’intérêt d’y recourir. Dans ce guide, nous allons montrer comment se fait la pose d’implants dentaires.

L’évaluation de la dentition et l’implantation des racines

La pose d’implants dentaires commence avec l’évaluation de la dentition du patient. Ainsi lorsque vous prenez rendez-vous dans ce cabinet dentaire à Paris 15, il sera d’abord question d’analyser la structure osseuse de vos gencives afin de déterminer vos besoins en termes d’implants dentaires. Cette analyse se fait à l’aide des radiographies de la tête, de la mâchoire et des dents. Lorsque le résultat de l’analyse s’avère concluant, la phase d’évaluation de la dentition est suivie par celle de l’implantation des racines. C’est une intervention chirurgicale qui se fait sous anesthésie locale. Elle a pour but d’insérer les supports des implants dans l’os alvéolaire. C’est sont ces supports qui recevront la prothèse dentaire.

A voir aussi : Comment réussir son adaptation domiciliaire ?

La pose des prothèses et le suivi postopératoire

Après la phase d’implantation des racines, vient celle de la cicatrisation. Elle a une durée de 4 à 6 mois, soit le temps que prend la fusion entre l’os et les implants. Une fois la cicatrisation effective, la pose de prothèses pourra se faire. Celle-ci consistera à visser la prothèse, préalablement fabriquée, dans la racine prévue à cet effet. Après la pose des prothèses, un suivi sera assuré par des professionnels. Au cours de ce suivi qui se fera essentiellement dans l’année suivant la pose des implants dentaires, la prise de médicaments peut être requise, selon l’évolution de l’intervention. A l’issue de cette dernière phase, le patient pourra profiter d’un beau sourire favorisé par l’apparence naturelle des dents de remplacement.

Les différents types d’implants dentaires disponibles sur le marché

Il existe aujourd’hui plusieurs types d’implants dentaires sur le marché, chacun adapté à des besoins spécifiques. On peut par exemple citer les implants en titane qui sont les plus fréquemment utilisés, car ils offrent une bonne solidité et une résistance aux chocs.

A découvrir également : Comment perdre du poids après un cancer ?

Les implants en zircone, quant à eux, sont fabriqués à partir de céramique, ce qui leur confère un aspect plus naturel que celui des implants en titane. Ils sont aussi moins allergènes et conviennent mieux aux personnes ayant des problèmes d’allergie ou d’intolérance au métal.

Il y a aussi les implants transgingivaux ou transmuqueux, dont la particularité réside dans le fait qu’ils ne dépassent pas au-delà de la gencive ni de la muqueuse buccale. Cette caractéristique permet de réduire considérablement l’infection bactérienne et améliore ainsi le processus de cicatrisation après l’intervention chirurgicale.

Pour finir, on note aussi l’avènement des implants miniatures employés pour remplacer les petites dents comme celles du devant. Ces derniers présentent l’avantage d’être beaucoup moins invasifs et ont donc une durée de récupération postopératoire bien moindre que celle observée avec les autres types d’implants dentaires.

Pensez à bien consulter un professionnel qualifié afin qu’il puisse rassurer le patient et l’informer des différentes options qui s’offrent à lui. Pensez à bien souligner que les implants dentaires ne sont pas un traitement adapté pour tout le monde. Certains facteurs comme la perte osseuse importante ou encore une maladie parodontale avancée peuvent rendre difficile, voire impossible, leur utilisation.

Les techniques d’anesthésie utilisées lors de la pose d’implants dentaires

La pose d’implants dentaires est une intervention chirurgicale qui peut parfois être assez lourde et nécessite donc la mise en place de techniques d’anesthésie appropriées. Selon les cas, différents types d’anesthésies peuvent être utilisés.

La première technique couramment employée est l’anesthésie locale. Elle consiste à injecter un produit anesthésiant directement dans la zone opératoire pour engourdir les tissus environnants. Cette méthode permet au patient de rester éveillé durant toute l’intervention tout en évitant les douleurs liées à celle-ci.

Pour certains patients, notamment ceux souffrant de stress ou encore de phobies dentaires, il peut être préférable d’utiliser une sédation consciente. Celle-ci se fait à travers l’administration intraveineuse d’un sédatif léger qui permettra au patient de se détendre et même de s’endormir pendant tout le processus.

Dans certains cas particulièrement complexes ou chez des patients très anxieux, il faut bien noter qu’un suivi postopératoire sérieux doit être mis en place pour le patient après la pose d’implants dentaires. Effectivement, des douleurs et des gonflements peuvent apparaître durant les premiers jours qui suivent l’intervention. Les professionnels recommandent donc d’éviter toute activité physique intense dans cette période et de privilégier une alimentation molle pour éviter tout traumatisme sur les implants nouvellement posés. Il faudra bien évidemment respecter scrupuleusement toutes les consignes du praticien, notamment en termes de brossage des dents, afin que ceux-ci puissent parfaitement s’intégrer à l’ensemble buccal sans risque d’infection ni de rejet.

à voir