Vous êtes tout aussi inquiet pour l’épisiotomie que vous l’avez souffert à votre première naissance. Les témoignages de mères qui ont subi un vrai traumatisme après l’épisiotomie nous avertissent que nous devons nous rappeler que cette intervention chirurgicale non rentable en amont avec l’équipe médicale peut être provoquée, mais aussi évitée. En quelques points (sans coutures), Karima vous propose une visite guidée de la question avec des conseils d’experts et des conseils pour vous préparer au mieux à votre livraison.

Qu’ est-ce que l’épisiotomie ?

Pour beaucoup d’entre vous, avant de tomber enceinte, vous ne saviez même pas l’origine de ce mot. À sa consonance, il vous semble déjà un peu barbare, la réalité est tout aussi glakus. Continuons simplement la définition de Wikipédia :

A lire également : Comment savoir si on est enceinte 3 jours après un rapport ?

« L’épisiotomie est un acte d’intervention chirurgicale, dans laquelle le périnée est ouvert au moment de la naissance pour permettre à l’enfant de passer. Cette incision est idéalement conçue pour couper le muscle anuslift. »

Même ce qui doit être considéré est l’acte chirurgical. Cela signifie que lors de votre livraison, que vous imaginiez être naturel dans les films, un chirurgien peut sortir ses ciseaux pour vous emmener à la place de votre intimité. Et en conséquence, cette incision peut vous être bénéfique pour le moment (pour faciliter le passage selon certaines pratiques), mais elle sera indélébile pour la plupart à la vie, vous laissant une cicatrice (le problème n’est pas tant dans l’esthétique dans cet endroit que dans les complications possibles associées à la remède sont connectés).

A lire aussi : Quand consulter en urgence pendant la grossesse ?

En France, la technique de l’épisiotomie médio-latérale est généralement utilisée pratiqué, qui est la taille, qui commence à incliner légèrement sur le côté à la fourche vulve, en évitant la direction de l’anus (par opposition à l’épisiotomie médiane). L’une des études les plus récentes menées dans ce domaine par le CNGOF (Collège national des gynécologues et obstétriciens français) a indiqué que près de 68 % des femmes primipares pratiquaient l’épisiologie en 2003. Un nombre très élevé !

Enfin, le dernier détail se qualifie comme une colère, épisiotomie, en fonction de la longueur et de la profondeur de l’incision en degrés. Donc je connais des amis qui ont à peine eu un ou deux points de suture et un autre jusqu’à 15, qui s’élèvent à l’anus… Vous avez déjà !

Bien que le chiffre soit encore très élevé en France, il tend à baisser de manière significative. Les cours préparatoires à l’accouchement, l’attention au périnée ou les techniques préparatoires peuvent aider à éviter ce geste, qui est encore originaire : la première épisiotomie a été réalisée en 1742 !

Pourquoi avons-nous si peur de l’épisiotomie ?

L’ une des premières phobies autour de la naissance est la période de « passage » du bébé pendant la libération. C’est vrai que quand on regarde la tête d’un bébé, on se demande comment il va tomber… Ensuite, ils vous disent « mais c’est la nature, ne vous inquiétez pas que votre corps soit créé pour cela ». Mouais, il est encore très difficile d’imaginer être apaisé, encore moins sur le sujet. Comme toutes les questions liées à la grossesse, les dames savent que compte tenu de l’élasticité de notre vagin, nous sommes inégales ou non, et le risque d’épisiotomie est anatomiquement imprévisible données. Cela n’a rien à voir avec votre morphologie ou même avec la pratique de certains sports. Juste parce que tu es le grand Combler l’écart ne signifie pas que vous n’aurez pas d’épisiotomie, de sorte que vous pouvez maintenant réduire immédiatement votre échauffement.

Tout comme le Dr Gonzague Mellerio, obstétricien gynécologique,

Vous n’avez pas besoin de vous entraîner soudainement pour arrêter de faire pipi, vous ne serez pas plus facile de détendre votre périnée, mais seulement contracter le sphincter qui est pecimar à l’urètre.

L’ épilotomie est l’un de ces spectres latents suspendus devant les esprits des mères enceintes qui n’imaginent pas leur sexe réprimé du jour au lendemain. Votre anxiété, même la phobie, peut être tout à fait légitime, compte tenu des complications possibles que cela peut entraîner, comme nous le rappelle Sabine Doulay, masseur Kine :

Parfois, la guérison de l’épisiotomie peut être longue et difficile. Les points de suture peuvent être attachés à un position à serrer et blessé. En attendant la résorption des fils, assis ou tout simplement aller aux toilettes peut provoquer des sensations de brûlure. La cicatrice peut également être infectée et vivre plusieurs jours. La perception de la douleur est également très inégale et varie de 2 à 3 jours pour certaines femmes à plusieurs semaines pour d’autres.

Vous comprendrez, contrairement à ce que peut imaginer ce geste médical maîtrisé et commun, il reste toujours inoffensif. Notre physiothérapeute nous dira quand même :

C’ est douloureux, car nous ne devons pas oublier que nous coupons la peau, le muscle et la membrane muqueuse du vagin, puis coudre à nouveau !

Tout ça est au pire… mais tu sais qu’il existe. Une de mes amies m’a traumatisé quand elle m’a avoué qu’un an après la naissance, elle avait de la douleur et l’a même privé de rapports sexuels. Quelle raison Mme Foresti nous conseille de signer ce pacte de confidentialité, avec une interdiction de donner des détails sur notre naissance !

Je vous donne beaucoup plus de témoignages négatifs que positifs, et le nombre de jeunes mères qui n’ont pas vécu l’épisiotomie comme un traumatisme est plus élevé.

L’ épisiotomie, un vrai tabou ?

Bien sûr, vous avez le droit de refuser l’épisiotomie pendant l’accouchement ou même dans votre plan de naissance, ainsi que le refus du refus péridural. Ensuite, vous avez droit à une fissure naturelle plus profonde ou plus plate au besoin. Même si cette idée de « larme » peut être très effrayant, notre gynécologue assure : « Il vaut mieux une petite déchirure qu’un grand épisio. » Dans la plupart des cas, l’épisiotomie ne doit pas être utilisée même si la fissure est plate. Cette technique chirurgicale est spécialement conçue pour éviter les larmes profondes du 3ème et 4ème degré.

Sabine Dangelay admet cependant un tabou extrême :

Les praticiens n’attachent pas tant d’importance à la naissance du périnée, car pour eux, le bébé est important. L’épisiotomie accélère également le travail en facilitant l’exclusion du bébé et de la mère. Que vous avez une larme ou épisiotomie dépend principalement de la politique interne pour laquelle votre livraison ce jour-là. Beaucoup préfèrent coudre une épisiotomie, le coup de ciseau est plus propre et plus net qu’une déchirure.

Un autre phénomène collatéral a considérablement augmenté le nombre d’épisiotomie est l’utilisation de la péridurale. En n’utilisant pas de contractions Sentez-vous plus, les femmes sont plus passives pendant l’expulsion. Ils ne sentent plus les torches et les contrôlent moins, ce qui conduit à des larmes plus fréquentes. C’est aussi le discours pédagogique de la Dre Bernadette De Gasquet qui recommande aux mères de se préparer efficacement à l’accouchement par différentes positions de naissance, et donc d’être plus actives (voir le livre « Trouver votre position de naissance », publié par les Editions Marabout Pratique en 2010). À cet égard, la position de l’accouchement est un élément fondamental, sinon essentiel pour la prévention de la déchirure ou de l’épisiotomie. Ainsi, la position dite gynécologique (sur le dos, les jambes en dehors de la tache lumineuse) est très confortable pour… l’équipe médicale ! Mais absolument pas physiologique pour vous ou votre bébé. L’inclinaison est telle que le bébé ne peut pénétrer dans vos tissus internes et externes, ce qui conduit à des complications. Il n’est donc pas rare que le bébé soit Avoir de la difficulté à entrer dans ce type de position, et l’utilisation d’instruments (pince à épiler, ventouses…) est nécessaire, ce qui augmente inexorablement la possibilité d’une larme ou d’une épisiotomie. C’est pourquoi la Dre Bernadette De Gasquet a clairement remis en question cette position afin de proposer un corps complètement différent, allant des positions pendant le travail de contraction (type crooching) au déplacement (par exemple, en position latérale).

Par conséquent, il est possible pour vous de remettre en question cette technique invasive d’épisiomie, de prendre possession de votre corps, et ceci avant la naissance.

Quelles techniques pour prévenir l’épisiotomie ?

La larme ou l’épisiotomie n’est pas une fatalité ! Vous avez la possibilité de mettre de côté toutes vos chances si vous l’utilisez suffisamment à l’avance.

Je me souviens d’un Ami qui a juré par tous les organiques et naturels qui m’a parlé des massages d’étirement vagin. En utilisant une certaine huile (une huile neutre telle que l’huile d’amande ou l’huile de massage périnée spéciale), elle a massé toute la région du périnée et d’abord aidé sa sage-femme à geste (qui consiste à étirer l’ouverture entre ses doigts et glisser de haut en bas, de droite à gauche), puis à son favori, qui méchant promis jeux (toujours remarquable avec des pointes hormonales). De tels massages doivent généralement être effectués à partir du 8ème mois et pas avant, afin de ne pas provoquer de contractions. Pendant l’accouchement, la même sage-femme qui l’a suivie a continué les massages en étirant les membranes pour faciliter le passage manuel du bébé. En conséquence, elle n’avait pas de larmes et m’a attrapé avec sa naissance idyllique. D’autre part, je ne saurai jamais si sa naissance est due à des prédispositions naturellement élastiques de la zone a été facilitée ou si ce travail de groupe était vraiment efficace. Mais le Dr Mellerio reste sceptique :

Ces massages ne déplacent que la fibre musculaire, mais ne peuvent pas l’étirer.

Il encourage les femmes à gagner en élasticité pour faciliter l’accouchement.

Et ne vous inquiétez pas, ce n’est pas parce que votre périnée et votre vagin sont élastiques, que vous n’êtes pas moins serré, surtout pour les rapports sexuels. Cette zone agit comme une bande élastique, vous pouvez la détendre, mais dès que vous ne le sollicitez plus, elle reviendra à son état d’origine.

Ce « M. Périnée », qui déchire tout Paris, a réduit de moitié l’utilisation de l’épisiotomie depuis 2008. Alors quel est son secret ? EPI-NO, le premier accessoire de musculation du plancher pelvien ! À son avis, une révolution qui doit être démocratisé et mettre fin aux pratiques envahissantes qui traumatisent les femmes.

EPI-NO, la lutte active contre l’épisiotomie

Comme son nom l’indique, EPI-NO est un accessoire qui vous permet d’éviter l’épisiotomie ou la déchirure autant que possible, après une préparation minutieuse pendant la grossesse à partir du 7ème mois. Ceci est un accessoire d’exercice pour la musculation du plancher pelvien, qui a d’abord été utilisé par un praticien pour comprendre comment cela fonctionne, mais que vous pouvez pratiquer indépendamment à la maison. Un point extrêmement important pour ceux qui rejettent les limitations des rendez-vous du médecin. En outre, cet appareil conçu et fabriqué en Allemagne est un excellent investissement (il faut 129,90 euros), car vous pouvez l’utiliser même après la naissance pour retrouver le tonus musculaire, un excellent Ajout à la réhabilitation du périnée.

Comment ça marche ?

  • Le principe est basé sur une technique ancestrale africaine, qui existe encore aujourd’hui dans l’étirement et le renforcement de la zone périnéale à l’aide de la courge calebash. Ces derniers ont été remplacés par un ballon en silicone souple et gonflable.
  • Il s’agit alors d’insérer ce ballon dans votre vagin et d’utiliser une pompe manuelle exercera une pression à différentes intensités pour étirer progressivement le tissu. Pendant l’utilisation, le diamètre désiré sera plus large et après quelques semaines s’élèvera à la tête d’un bébé. Une machine particulièrement intéressante pour le Dr Mellerio, car « Les femmes peuvent juger elles-mêmes la pression et la moduler à volonté, ce qui les rendra actives dans leur préparation. Intéressé par ce domaine et le travail sur elle annonce déjà indiqué une réduction du risque d’épisiotomie. »
  • Plus les muscles sont forts, et donc plus élastiques, et plus la valeur de la contraction appliquée à la balle est élevée. La pression indiquée sur le compteur contrôle la puissance et indique que l’exercice est correct. C’est ce qu’on appelle « bio-feedback ».

Une fois par semaine à partir du 6ème mois, puis tous les jours au milieu du 7e mois, environ dix minutes, et vous sentirez la différence. Selon Sabine Dangelay

Plus de 90% de leurs patients utilisant la méthode n’ont pas d’épisiotomie même avec une première livraison !

Un produit connu et démocratisé pour le confort de toutes les femmes !

Psychologiquement, cette approche active vous permet également de mieux vous préparer à l’accouchement et de devenir plus actif dans l’accouchement être. Trois mères de la communauté ont eu l’occasion de tester l’appareil pendant la grossesse, et deux d’entre elles nous ont fait part de leur expérience détaillée de l’utilisation de PSA NO Delphine Plus. Découvrez maintenant votre opinion sur cette méthode !

Vous trouverez le dispositif EPI NO Delphine Plus en vente dans notre boutique, avec de nombreux conseils sur la façon de l’utiliser.

Crédits photo : Bernard Audrey Photography

epi-nopérinée bodybuilding DeelphinePlus132.90€