Qu’est-ce qu’une infirmière de bloc opératoire ?

Au nombre des acteurs intervenants au bloc opératoire se trouve l’infirmière. Son rôle lors d’une opération chirurgicale est tout aussi déterminant que celui du chirurgien ou de l’anesthésiste. Mais, en réalité, qu’est-ce qu’une infirmière de bloc opératoire ? En quoi consiste réellement ce métier du corps de la santé ? Et comment y accéder ? Les réponses vous sont données dans cet article.

Le poste d’infirmière de bloc opératoire : explications

Vous avez fini vos études et vous souhaitez trouver quelques offres d’emploi pour infimière de bloc opératoire ? Sachez d’emblée que le travail d’infirmière de bloc opératoire ne s’effectue pas que lors de l’intervention chirurgicale. Il commence avant l’opération et se poursuit après celle-ci.

Avant la chirurgie, l’infirmière vérifie le matériel et l’équipement en salle d’opération. Elle s’assure des règles d’hygiène afin d’éviter les infections nosocomiales durant les manipulations. Les actes techniques que pose l’infirmière de bloc opératoire sont :

  • le maintien des écarteurs ;
  • l’aspiration ou l’hémostase ;
  • la section de ligatures ;
  • la pose des drains ;
  • les sutures sous-cutanées et/ou cutanées ;
  • etc.

Une fois la manœuvre terminée, l’infirmière de bloc opératoire veille au nettoyage et à la stérilisation de la salle d’opération.

Les grands axes du métier d’infirmière de bloc opératoire

Au bloc opératoire, la profession d’infirmière se décline en deux grands axes. Ces lignes d’orientation sont l’anesthésie et la gestion des instruments. De ce fait, il faut distinguer l’infirmière anesthésiste de l’instrumentiste.

L’infirmière anesthésiste

Cette infirmière travaille sous les ordres de l’anesthésiste en chef. Elle administre au patient les soins anesthésiants adaptés aux différentes phases de l’opération. L’infirmière surveille également les différents paramètres vitaux du patient (tension, ventilation, respiration…). De plus, elle accompagne le malade jusqu’à son réveil aux soins intensifs.

L’infirmière instrumentiste

Son rôle principal consiste à être le prolongement des mains du chirurgien. Scalpel, pince de péan, ciseaux de Lister, etc. sont échangés entre l’infirmière instrumentiste et le chirurgien de manière automatique. L’infirmière doit donc être habile, concentrée et éveillée afin de ne pas ralentir l’opération. Lorsque prend fin l’intervention, l’instrumentiste se charge d’acheminer les outils vers l’unité de désinfection.

Comment devenir infirmière de bloc opératoire ?

Pour envisager une carrière d’infirmière de bloc opératoire, il faut avoir certaines qualités et compétences recherchées par les recruteurs. Ces employeurs peuvent être des hôpitaux publics, privés ainsi que des cliniques.

Les qualités à avoir

Le travail d’infirmière de bloc opératoire nécessite d’avoir une bonne condition physique. En effet, cet emploi peut se résumer au fait de passer de longues heures debout et de se déplacer d’un pas rapide. L’infirmière doit en effet avoir une excellente capacité d’adaptation et une totale disponibilité. Des interventions peuvent être programmées à des heures tardives, des jours fériés ou le week-end.

Parce qu’elle est appelée à interagir avec les patients, les médecins et bien d’autres, l’infirmière doit jouir d’un bon relationnel. Elle doit être sympathique, chaleureuse et à l’écoute. La patience et la douceur sont également des qualités attendues d’elle.

Compétences et formations

La branche d’infirmière de bloc opératoire est en réalité une spécialisation. Il faut donc au préalable disposer d’un diplôme d’infirmier d’État ou de sage-femme. Ensuite, une formation de 18 mois est requise au sein des écoles agréées sur la base d’un concours d’entrée.

Alternativement, les infirmiers diplômés d’État qui le souhaitent peuvent obtenir ce titre par le système VAE. Il s’agit de la Validation des Acquis de l’Expérience. Pour l’obtenir, il faut pouvoir justifier de 3 années d’expérience au bloc opératoire. Il en est de même pour les aide-soignants qui peuvent passer des tests d’admission aux écoles.

à voir

Le gingembre, l’as de la digestion

Souvent cité pour ses vertus aphrodisiaques, le gingembre est un aromate aux propriétés exceptionnelles. En tisane ou râpé, il s’utilise toute la journée. Découverte. Plan ...