Comment soigner l’arthrose cervicale ?

L’arthrose cervicale est l’usure naturelle du cartilage, des disques, des ligaments et des os de votre cou. Les principaux symptômes sont la douleur ou la raideur du cou. L’arthrose cervicale ne provoque pas toujours des symptômes. En l’absence de symptômes, il se peut que vous n’ayez pas besoin de traitement du tout.

Lorsque votre affection provoque des symptômes, votre médecin peut vous recommander :

A découvrir également : Asthme chez l'enfant : l'utilisation de la chambre d'inhalation

Une thérapie physique

 

Vos symptômes peuvent être soulagés par des exercices et des étirements spécifiques. La kinésithérapie se concentre sur l’étirement et le renforcement de vos muscles et l’amélioration de votre posture. Vous pouvez faire ces étirements chez vous ou avoir besoin de l’aide d’un kinésithérapeute dans une clinique. Votre prestataire de soins vous conseillera sur la durée et la fréquence de ces exercices, en fonction de vos symptômes et de votre état.

A lire également : Movember : comprendre son importance et les actions à entreprendre

La glace, la chaleur et les massages peuvent contribuer à soulager vos symptômes. Vous devrez mener votre propre essai pour voir si la chaleur ou le froid soulagent le mieux votre douleur et votre inconfort. Appliquez la chaleur ou la glace généralement pas plus de 20 minutes à la fois, plusieurs fois par jour. Le massage est une autre option qui peut être essayée chez certains patients. Demandez à votre professionnel de la santé si c’est une option raisonnable pour la cause de votre problème spécifique.

Médicaments par voie orale

Selon l’intensité de votre douleur, un professionnel de la santé peut vous recommander des anti-inflammatoires sur ordonnance ou en vente libre comme l’ibuprofène (Advil, Motrin) ou le naproxène sodique (Aleve). Les relaxants musculaires comme la cyclobenzaprine (Amrix, Fexmid) peuvent traiter les spasmes musculaires. En cas de douleur intense au bras due à un conflit nerveux, la gabapentine (Neurontin) peut réduire la douleur.

Collier souple ou attelle

Votre professionnel de la santé peut vous recommander de porter un collier thérapeutique pendant une courte période. Cela peut limiter les mouvements du cou et aider les muscles tendus à se reposer et à récupérer. Le port d’une minerve pendant trop longtemps peut entraîner une atrophie musculaire (perte de masse). N’utilisez un collier que sous la direction d’un professionnel de la santé.

Thérapie par injection

Des stéroïdes peuvent être injectés dans la zone affectée de la colonne vertébrale. Les médicaments injectés peuvent améliorer vos symptômes pendant une courte période. Il existe trois procédures courantes d’injection de stéroïdes :

Bloc épidural cervical

Les douleurs au cou ou au bras dues à une hernie discale cervicale peuvent être traitées par une injection d’une combinaison d’un stéroïde et d’un anesthésique. L’injection est faite dans l’espace épidural, qui est l’espace situé à côté de la couverture de la moelle épinière.

Blocage des articulations facettaires cervicales

Cette injection de stéroïde et d’anesthésique est effectuée dans les petites articulations des segments affectés de la colonne cervicale.

Bloc de la branche moyenne et ablation par radiofréquence

Cette technique est utilisée à la fois pour diagnostiquer et traiter les douleurs cervicales chroniques. Si la douleur est soulagée par une injection d’anesthésique, on identifie l’endroit à traiter. Le traitement, appelé ablation par radiofréquence, consiste à endommager les nerfs à l’aide d’ondes sonores qui provoquent la douleur dans l’articulation.

Pour les cas les plus graves d’arthrose cervicale – y compris la myélopathie cervicale ou la radiculopathie cervicale – votre médecin peut envisager une intervention chirurgicale. Les interventions chirurgicales peuvent consister à retirer les éperons osseux et à fusionner les vertèbres ou à créer plus d’espace pour la moelle épinière en retirant une partie des vertèbres.

La chirurgie de la colonne vertébrale est complexe et peut nécessiter une longue convalescence. Votre prestataire de soins tiendra compte de vos symptômes, de votre état et de votre santé générale avant de décider si une opération peut vous être bénéfique.

Exercices de relaxation et de respiration

Il existe aussi des méthodes non invasives pour traiter l’arthrose cervicale, notamment les exercices de relaxation et de respiration. Ces techniques sont souvent utilisées en complément d’autres traitements tels que la physiothérapie ou les injections.

Les exercices de relaxation peuvent aider à réduire le stress et la tension musculaire qui peuvent aggraver l’arthrose cervicale. Les techniques de respiration profonde aident à détendre les muscles du cou et à augmenter le flux sanguin vers la zone affectée, ce qui peut aider à soulager la douleur.

Voici quelques exemples d’exercices simples que vous pouvez faire chez vous pour soulager votre douleur cervicale :

• La technique de respiration abdominale : asseyez-vous confortablement avec une main sur votre poitrine et l’autre sur votre abdomen. Inspirez lentement par le nez tout en gonflant votre abdomen (votre main devrait se soulever). Expirez lentement par la bouche tout en contractant vos muscles abdominaux.

• La rotation du cou : asseyez-vous dans une position confortable avec le dos droit. Tournez lentement la tête vers la droite jusqu’à sentir un étirement dans le cou. Maintenez cette position pendant environ 10 secondes puis revenez au centre avant de tourner vers la gauche.

• L’étirement des épaules : placez vos mains derrière votre tête avec vos coudes pointés vers l’avant. Tirez légèrement vers l’avant tout en étirant vos coudes loin du corps, puis relâchez.

Vous devez consulter un professionnel avant d’entreprendre toute forme d’exercice physique afin qu’il puisse évaluer votre état de santé et recommander les exercices les plus adaptés à vos besoins.

L’arthrose cervicale est une affection courante qui peut causer des douleurs importantes et affecter la qualité de vie. Il existe plusieurs options de traitement disponibles, allant des médicaments aux techniques non invasives telles que la physiothérapie et les exercices de relaxation. Discutez avec votre médecin pour déterminer le meilleur plan de traitement pour vous.

Recours à la chiropraxie ou à l’ostéopathie

Au-delà des méthodes traditionnelles, la chiropraxie et l’ostéopathie sont des traitements alternatifs qui peuvent être utilisés pour soulager les symptômes de l’arthrose cervicale.

La chiropraxie est une forme de médecine alternative qui se concentre sur le traitement des troubles du système musculo-squelettique. Les chiropracticiens utilisent des techniques manuelles pour ajuster et manipuler la colonne vertébrale afin d’améliorer la fonctionnalité du corps.

Les ostéopathes, quant à eux, se concentrent sur le traitement global du corps en utilisant aussi des approches manuelles pour aider à restaurer la mobilité articulaire et soulager la douleur.

Bien que ces thérapies alternatives soient considérées comme sûres par certains professionnels de santé, pensez à bien noter qu’il existe peu de preuves scientifiques solides soutenant leur efficacité dans le traitement spécifique de l’arthrose cervicale.

Certaines manipulations ou ajustements effectués lors d’une séance chez un praticien peuvent causer une aggravation temporaire ou permanente d’une zone touchée par l’arthrose cervicale. C’est pourquoi, avant tout recours à ces pratiques alternatives, vous devez consulter votre médecin traitant ainsi que vérifier les qualifications professionnelles et expériences cliniques du praticien choisi. En cas où vous décidez malgré tout d’y avoir recours, voici quelques critères importants à prendre en compte :

• Vérifiez si le praticien est titulaire d’un diplôme officiel et inscrit au Registre National des Chiropraticiens ou des Ostéopathes.
• Demandez ses références ainsi que le nombre de patients qu’il a traités avec succès.
• Soyez à l’écoute de vos sensations lors des manipulations. Si vous ressentez une douleur plus importante après consultation, n’hésitez pas à aller consulter votre médecin généraliste qui saura vous orienter vers un suivi adapté.

à voir